• La population, qui constate, dans sa vie quotidienne, l’augmentation de la précarité sans forcément avoir une connaissance concrète des solutions et des réponses apportées.
  • Les institutions, qui doivent non seulement assumer leur rôle de donneur d’alerte mais aussi être capables de remettre en question leur fonctionnement et leurs priorités pour assumer une prise en charge plus efficace.
  • Les professionnels, qui se voient offrir l’occasion d’approfondir leur connaissance du réseau, découvrir les limites de chaque prise en charge et qui peuvent aider, par leur expérience du terrain, à analyser la situation.
  • Les bénéficiaires, qui de manière ponctuelle ou durable, vivent au quotidien des situations difficiles, doivent aussi pouvoir prendre la parole et être considérés comme des acteurs du changement.
  • Les politiciens, à qui il sera offert une occasion de créer un lien avec les différents acteurs et bénéficiaires, d’appréhender la situation dans son ensemble et de mesurer concrètement les limites du modèle actuel.